fbpx
Inserisci una parola e premi cerca

2004 – Nos familles : Les Cout

Bartolomeo Cout et Rosàlia Perrier se marient en 1923 et, en 1930, ils bâtissent leur propre maison, appelée « della cinta », au lieu-dit Les Migot d’Issogne.

Les origines

Bartolomeo travaille auprès de la filature Brambilla de Verrès et il est chef d’atelier. Rosàlia a été elle aussi ouvrière à la Brambilla mais, après la naissance des deux enfants, Attilio et Annunziata elle consacre tout son temps à la famille. 

Attilio, surnommé « Giurnal » en raison de sa passion pour les journaux, effectue ses études à l’école commerciale d’Ivrée. Après avoir obtenu son diplôme, il exerce la profession de receveur sur les autobus de la ligne de la Vallée du Lys. Il a vingt ans lorsqu’il participe comme maquisard à la guerre de libération.

A la fin de la 2ème Guerre mondiale, il décide de s’orienter dans le secteur du bûcheronnage et il ouvre une entreprise qui, à son apogée, embauche jusqu’à 10 ouvriers. Les forêts de la Vallée de Champorcher en sont le principal terrain d’activité. 

En 1948, Attilio fonde une société avec Arduino Challancin et ils achètent le dépôt de bois de chauffage au lieu-dit La Colombière, auparavant géré par Casimiro Borettaz, qui est aujourd’hui encore le siège de la scierie.

La requête du marché était différente par rapport à aujourd’hui.

Entre-temps, en 1947, Attilio se marie avec Anita Pinet et ils s’installent dans la maison paternelle « della cinta ». Anita est couturière et elle travaille à la maison, pouvant ainsi se consacrer à la famille et aux deux enfants : Enzo et Silvana, nés respectivement en 1946 et 1949.

Le passé

Enzo consacre sa jeunesse aux études.

Enzo est encore un enfant lorsqu’il connaît celle qui deviendra sa femme : Vilma Jacquin.

Ils se marient en 1968 et tout de suite après, la famille est enrichie par l’arrivée de Diana. Les études terminées, Enzo et Vilma deviennent enseignants et ils le sont encore lorsque, en 1970, naît Umberto. Vilma obtient sa maîtrise à l’Ecole Normale Supérieure de Turin en 1971.

Si l’expérience d’enseignement d’Enzo est relativement courte, celle de Vilma couvre une période bien plus longue, au cours de laquelle l’école valdôtaine a beaucoup changé.

Enzo a hérité de son père la passion pour la politique. En effet, toute de suite après la Guerre, Attilio avait été conseiller communal et, même si son engagement actif ne fut pas long, il n’a jamais abandonné les débats politiques. Enzo, au contraire, juge nécessaire un engagement direct au sein des institutions et il est conseiller communal d’Issogne, puis représentant de la Commune dans la Communauté de montagne de l’Evançon. En 1978, il est élu conseiller régional et il conserve cette place jusqu’en 1998, revêtant aussi les charges de Président du Conseil et d’Assesseur à la Santé et aux Politiques sociales.

L’engagement politique d’Enzo a parfois constitué un problème pour sa famille.

Vilma est restée dans le milieu scolaire jusqu’en 2001. Après sa retraite elle s’occupe de bénévolat et de formation, sans aucun désir de collaborer avec le mari.

Le présent

En 1989, à l’âge de 65 ans, Attilio Cout juge que le moment est venu d’abandonner le travail. Enzo, tout en ayant ses passions et ses engagements, avait toujours collaboré aux activités de la scierie et pour lui il est donc évident et naturel de prendre la relève de son père.

Vilma a soutenu son mari lorsqu’il a choisi de bouleverser sa vie et de prendre la gestion de la scierie, non sans quelques craintes.

Cette activité artisanale se base toujours sur la transformation du bois destiné aux bâtiments. Le bûcheronnage n’a jamais été abandonné, mais l’achat de bois non autochtone s’y est ajouté pour satisfaire les requêtes d’une clientèle toujours plus exigeante. La scierie Cout commercialise de nos jours – à l’intérieur du nouvel atelier bâti en 1998 que côtoie une vaste surface destinée au stockage – poutres, lames et lambris pour parois, parquets et planchers. A partir de 1995 on commercialise aussi du mobilier de jardin, qui n’est toutefois pas produit directement. L’entreprise embauche une douzaine de personnes chargées de la production et de l’administration.

Les fils d’Enzo et Vilma ont grandi : Diana est devenue ingénieur en chimie en 1993 et elle exerce sa profession à Aoste, où elle a transféré aussi sa résidence ; Umberto a passé la licence en droit en 1996 et il travaille à l’Unité sanitaire locale. Tout en étant conseiller communal à Issogne (poursuivant ainsi la tradition familiale), il habite à Nus depuis 2003, avec sa femme Alessia Brunod.

Diana, en partie, collabore avec son père pour ce qui est de l’aspect administratif de la scierie.

Tous les hommes de la famille Cout partagent une passion : celle pour la chasse au chamois. Les contes épiques d’Attilio sur les randonnées dans les bois de Ponton ou de la Vallée de la Legne ne pouvaient qu’en être le résultat.

Vilma ne partage absolument pas cet amour pour la chasse et elle regrette que Umberto en ait hérité.

Le futur

Le futur de la scierie Cout est un argument délicat : en ce moment les prémisses pour que Diana ou Umberto prenne la relève du père n’existent pas.

Enzo et Vilma sont contents d’avoir transmis à leurs enfants une formation culturelle et des valeurs d’engagement civil, professionnel et humain et de les avoir laissés libres de se construire leur vie de la façon qu’ils désiraient. Tout cela n’estompe cependant pas l’incertitude quant à l’avenir de la scierie.

© 2020 All rights reserved.