fbpx
Inserisci una parola e premi cerca

2004 – Nos familles : les Grosjean

La famille Cachoz, de Fornet à Valgrisenche, possédait dès les débuts du siècle dernier une ferme et des terrains agricoles à Créton de Quart, qu’elle donnait en location avec un contrat de métayage, qui lui garantissait une contrepartie en vin et en châtaignes.

En 1951, Dauphin Grosjean épouse Michelina Cachoz et fixe, avec elle, sa demeure à Quart, où il prend directement la gestion de la ferme avec ses vignobles et châtaigniers, mais également avec ses vaches, ses pommiers et son jardin potager.
A’ partir de 1952 et jusqu’en 1968, la famille s’agrandit par la naissance de sept enfants: Bernadette, Vincent, Piergiorgio, Marco, Rita, Fernando et Eraldo. Jusqu’à la fin des années Soixante, Dauphin exerce le métier de maçon et, aidé par Michelina, il se consacre aux diverses activités liées à la conduction de la ferme. En 1969, un changement s’annonce.

En 1969, en effet, les Grosjean participent pour la première fois à l’Exposition des Vins de la Vallée d’Aoste organisée par l’Administration régionale depuis l’année précédente. Pour la première fois, un vin rouge, simple et naturel, que la famille produisait pour accompagner ses repas ou pour l’offrir aux amis, devient un produit à commercialiser.
Entre-temps, Vincent avait commencé ses études à l’Ecole d’Agriculture et après les trois ans de formation il avait choisi de se spécialiser à l’Institut Ubertini de Caluso, école de viticulture et œnologie.
Vincent termine ses études en 1971 et tout de suite après il part en Suisse pour effectuer les vendanges et se spécialiser davantage. Il reste en Valais jusqu’en juillet 1972, puis retourne chez lui et gagne un concours pour entrer à l’Assessorat régional de l’Agriculture.

Mais à Quart, de graves problèmes étaient survenus : une épidémie de brucellose avait dévasté l’étable des Grosjean et la campagne d’assainissement imposait que tout le bétail fût abattu. C’est alors qu’une décision s’impose : les vignobles commençaient à rapporter de l’argent et la famille, forte de l’expérience acquise par Vincent, décide de s’engager et d’investir sur la production de vin, en construisant aussi une nouvelle cave à Ollignan (en face de la maison paternelle), opérationnelle à partir de 1975.
Les premiers temps ne sont pas aussi faciles. La législation en matière de production vinicole était moins stricte qu’aujourd’hui, mais en revanche la Vallée d’Aoste n’était pas connue comme territoire d’élite au point de vue œnologique. La famille entière participe à l’effort et trouve un point de force en Michelina qui, bien que très occupée avec les nombreux enfants, a d’excellentes capacités de dégustatrice et sait reconnaître exactement les goûts de la clientèle. Michelina quitte cette terre en 1993, mais l’entreprise vitivinicole des Grosjean est déjà une réalité bien placée sur le marché. Aujourd’hui tous les garçons y travaillent : Piergiorgio à temps partiel (puisqu’il est employé régional) ; Vincent (qui a abandonné l’administration en 1999), Marco, Fernando et Eraldo à plein temps. Vincent s’occupe de la cave et des relations avec les clients  ; Marco et Eraldo de la gestion des vignobles et Fernando, tout en collaborant avec Marco et Eraldo, se charge principalement du secteur de la distribution et de la culture des arbres fruitiers. Le travail de la vigne ne permet guère de trêve. Certaines activités donnent davantage de satisfaction que d’autres

Dauphin, avec ses 79 ans, participe un peu à tout, mais avec le calme que l’âge lui consent et la satisfaction de voir tous ses enfants investis dans la conduite de l’entreprise familiale.

Six hectares de terrains (en partie de propriété, en partie loués) sont destinés à la production de nombreuses qualités de vins. Torrette, Gamay, Petite Arvine, Pinot Noir, Pinot Noir élevé en barrique et Fumin sont des vins à appellation d’origine contrôlée ; Blanc de Dauphin et Rouge Gorge sont des vins de table.
Un dernier hectare est actuellement en cours de réimplantation avec des cépages autochtones. La mécanisation de l’entreprise est difficile mais elle est nécessaire pour ne pas devoir embaucher du personnel.

Les frères Grosjean produisent annuellement 65 mille bouteilles (du Torrette pour la majeure partie) et se classent ainsi à la seconde place parmi les producteurs privés de notre Région. Les vins des Grosjean ont obtenu des médailles d’or au Concours international des Vins de Montagne organisé par le Cervim (Centre de Recherche, d’Etudes et de Valorisation de la Culture de Montagne) : le Pinot Noir a gagné en 1991 et 1992 ; le Gamay en 1994 et le Torrette en 1995.

Mais on est bien en droit d’attendre des satisfactions encore majeures. Le marché valdôtain absorbe la quasi-totalité de la production des Grosjean.

Les Grosjean n’ont donc jamais trop regardé au-delà de la Vallée d’Aoste puisqu’ils ne pourraient pas satisfaire les éventuelles requêtes.

Mais quelle impression cela produit-il de boire un verre de son propre vin ?

Un optimisme modéré (surtout en considération de la situation régionale) caractérise l’attitude des Grosjean face au futur. Le premier objectif à atteindre est l’acquisition de nouveaux terrains jusqu’à au moins 10 hectares, pour parvenir à une production de 100 mille bouteilles par an. La cave d’Ollignan a été agrandie en 2002 et maintenant elle est parfaitement en mesure de faire face aux exigences productives.

L’entente familiale ne manque pas et c’est même le meilleur atout. Maintenant, les espoirs pour le futur de la maison vigneronne pointent sur la génération suivante. Dauphin a 13 neveux.

Potrebbe interessarti:

© 2020 All rights reserved.