fbpx
Inserisci una parola e premi cerca

2006 – Mon chœur : Louis Cunéaz de Gressan

Le tour des chœurs, nous conduit à Gressan. Au milieu des pommiers et à l’ombre de la chapelle de La Magdeleine, un groupe de personnes aux gilets verts nous attend. Il s’agit des choristes de la chorale Louis Cunéaz, un ensemble vocal qui chante depuis presque cinquante ans et qui, depuis quelque temps, joue également du «frustapot».

De nombreuses chorales, en Vallée d’Aoste, ont vu leur naissance à l’intérieur d’une église : c’était là que la passion pour le chant prenait forme, tous les dimanches, au cours de la Sainte Messe. La chorale Louis Cunéaz se rappelle bien son origine qu’elle porte dans son nom même. Mais ce lien avec l’église ne s’arrête pas au nom du chœur. En effet, chaque année la chorale organise un concert de musique sacrée qui se déroule, justement, dans l’église et qui représente un rendez-vous traditionnel très important pour cette formation.

On l’a anticipé : les choristes de cette chorale, à la différence des autres, ne se limitent pas seulement à chanter, mais jouent également du «frustapot». Un engagement pas facile, car ce ne sont pas seulement quelques membres du groupe qui jouent de cet instrument, mais tous les choristes qui, chaque semaine, s’entraînent à jouer, sous la conduite du maître de frustapot.

Apprendre à jouer un instrument ce n’est pas facile, encore moins si l’on considère que les choristes ne sont pas des professionnels de la musique. Et alors, comment fait-il, concrètement, notre maître de frustapot pour leur apprendre cet art? Nous en profitons alors pour jeter un coup d’œil à une petite leçon…

Les membres de ce choeur sont bien vaillants: ce n’est pas simple d’allier les répétitions du chant à l’apprentissage d’un instrument. Très unis entre eux, il suffit de passer peu de temps avec ces choristes pour percevoir un véritable lien d’amitié. Quinze ans c’est un âge bizarre pour entrer dans un chœur, mais les jeunes filles de cette chorale paraissent être très bien insérées. Emblème de cette chorale, qui l’accompagne à chacune de ses sorties, c’est son flambeau : un objet d’artisanat en bois, qui porte le label du chœur.

Leurs gilets verts, les frustapots à la poche, les choristes de la chorale Louis Cunéaz se préparent, encore une fois, pour une chanson. La tête bien concentrée pour le spectacle, le cœur plein d’espoir pour le futur. Le chef de chœur fait son geste de départ. Les choristes son debout, attentifs, ils commencent à chanter. Les voix se mélangent. C’est parti, une autre chanson.

Potrebbe interessarti:

© 2020 All rights reserved.