fbpx
Inserisci una parola e premi cerca

2003 – Rien qu’une vache – Enzo Praz a acheté l’alpage qu’il louait

Ce soir, Rien qu’une vache ? vous emmène dans le Valgrisenche pour vous présenter les images des trois finales de l’éliminatoire des batailles de reines et pour vous faire connaître l’histoire d’un montagnard, Enzo Praz, qui au milieu des pâturages de cette vallée a vu son rêve se réaliser : celui de posséder un alpage.

Dès l’antiquité, la grande richesse de Valgrisenche atoujours été l’ampleur de ses pâturages, renommés pour la qualité de l’herbe etrépartis en une dizaine d’alpages qui, encore aujourd’hui, accueillent environ900 têtes de bétail.

C’est aumilieu de ces montagnes que Enzo Praz a décidé de travailler. Son père Arturo,éleveur originaire de Runaz, possède un mayen dans la partie initiale de lavallée, celle qui appartient à la commune d’Avise.

Aujourd’huiEnzo Praz a 43 ans et demeure pendant l’hiver à Charvensod, avec sa femmeNerina Luboz et ses trois enfants : Sylvie, Annie et Julien.

Depuisvingt ans, cependant, il passe tous ses étés en Valgrisenche où il se charge dela gestion tout d’abord du seul alpage de la Gran Alpe puis aussi de celui dePlontaz.

Enzo croiten la terre à laquelle il est profondément lié. Comme son père et ses ancêtres,il est convaincu que la terre ne déçoit jamais les attentes et croit que sesracines de Valdôtain sont liées à la montagne et à ce monde complexe d’usageset de traditions que renferme la “civilisation de la vache”.

Il y a 15ans, Enzo Praz découvrait la montagne de Plontaz. Il l’avait toujours vue deloin et en avait entendu parler par les Valgresein.

Du reste,le vallon de Plontaz n’est devenu un alpage qu’à la fin du 19ème siècle, quandla famille Frassy a réunifié la majeure partie des pâturages, en devenant lapropriétaire et y construisant, avec des techniques d’avant-garde, lestramouils de Le Bois, Plontaz et Breuille.

Avant cela,et jusqu’à la moitié du 19ème siècle, sur ces terres vivaient plus de 200personnes qui habitaient les anciens villages d’Amanda, Barmaz-Viérin etPlontaz.

Puisl’émigration rurale de la montagne, due aussi à des changements climatiques,avait transformé les prés et les champs en pâturages et Plontaz était devenul’alpage le plus beau et le plus productif de tout le Valgrisenche.

Enzo Prazdécida alors que, dès que l’occasion s’en serait présentée, il aurait demandéde louer la montagne.

Ellepossédait tant de facteurs qui lui produisaient une impression favorable, deceux qui constituent les qualités qu’un montagnard retient si importantes pourpouvoir travailler dans des conditions idéales et en tirer un revenu adéquat.

C’est en1994 que se présente l’occasion et ainsi commence son rapport avec Plontaz aupoint que trois années plus tard les propriétaires lui proposent de l’acheter.

ArturoPraz, le père d’Enzo, a joué un rôle très important dans cette décision.

C’est uninvestissement important pour la famille Praz mais qui s’est avèré nécessairepour mettre sur pied une activité qui laisse présager un avenir.

Alpagistepar passion et par choix, Enzo Praz conduit aujourd’hui l’un parmi les plusgrands alpages de notre région qui, avec environ 400 hectares, peut recevoirpresque 300 bêtes.

Devenu lemaître de sa montagne, Enzo a les idées claires sur la façon de gérer sonexploitation agricole.

Il a doncprédisposé un plan de travail pour la reconstruction, selon les techniques lesplus modernes et dans le respect du territoire, des trois tramouils dont estcomposé l’alpage de Plontaz.

Depuis1999, les bâtiments de la montagne mettent à l’oeuvre un minimum d’un chantierpar an, le tout dernier étant celui de l’Alpe Le Bois, qui se terminera en2004.

Uneresponsabilité certainement bien lourde mais qui présente l’avantage de donnerconscience d’être le protagoniste des choix de sa propre vie.

Enzo Praz aainsi réalisé le rêve de tout montagnard : être le propriétaire de l’alpagequ’il conduit.

Après vousavoir présenté l’exemple des Praz, de Plontaz nous descendons à l’arène deMondange pour suivre les principales phases de l’éliminatoire des batailles dereines, disputées à Valgrisenche.

Rien qu’une vache ? vous donne rendez-vous lundi prochain pour découvrir les secrets atemporels du fromager, l’homme qui transforme le lait en fontines d’alpage, les plus appréciées et demandées sur le marché.

© 2020 All rights reserved.